Loraline Koch

prêtresse de Manann, fille des mers

Description:

Les cheveux longs noirs et tressés, de taille moyenne, le teint légèrement basané dû aux heures passé sur le pont d’un navire, Loraline paraissait bien.
Lorsqu’elle se promenait sur la rive, plus d’un villageois se tournait sur son passage. Ce qui les empêchaient de trop s’en approcher était sans contredit sa toge de prêtresse et son arbalète qu’elle ne quittait que très rarement, et ce, dès sa sortit sur la terre ferme. Elle s’était toujours mieux sentit sur l’eau que sur la terre.
Dernièrement, elle avait souffert de plusieurs pertes dans sa vie, mais elle continuait d’avancer la tête haute, les quelques mèches de cheveux rebelles qui dépassaient de sa tresse au vent. Elle était fière et confiante, Manann ne la délaisserait jamais…

Bio:

Loraline Koch, digne fille d’une prêtresse de Manann (Lisabeth) et d’un cuistot (Steffen Koch), fut élevée sur un navire avec ses parents. Lisabeth avait été acceptée sur le navire pour bénir leur voyage. Elle et Steffen tombèrent amoureux dès leurs premier regards. De cette union naquit Loraline.
Comme elle passa toute sa vie sur l’eau, elle apprécia très tôt la navigation. Sa mère lui parlait souvent du Dieu des mers et des rivières. Alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, leur navire fût attaqué et sa mère, tuée. La jeune fille prit alors la décision de poursuivre la voie de sa mère et devint prêtresse de Manann, qu’elle avait su apprendre à apprécier.

De là commença son périple. Loraline passa plusieurs années sur le navire où elle fut élevée. Un jour, pourtant, elle décida de partir à l’aventure. Elle embrassa son père, prit ses maigres effets et, lorsqu’ils accostèrent à Marienburg, partit vivre sa vie, rencontrer d’autres gens, bénir d’autres bateaux…
Son père, attristé par la nouvelle, ne la retint pourtant pas; elle devait voir d’autres horizons, connaitre ses aventures.

Loraline passa un certain temps dans une auberge de la côte, a chercher du travail. Après quelques mois de solitude, elle tomba sur une vieille connaissance, Karl. Elle l’avait connu sur le navire ou elle avait grandit.
Il était repartit sur ce dernier en compagnie de son père. Pourtant, quelques jours seulement après avoir quitté le port d’où il avait dit au revoir a la jeune femme, le navire accrocha quelque débris au fond de l’eau et fit naufrage.
Karl lui affirma pourtant que son père était toujours en vie, car ils avaient tout deux été sauvés par un bateau de pêcheur qui passait par la.
Sur la terre ferme, leur route s’était alors séparé.

Loraline et son ami vécurent quelque temps ensemble, ils virent naitre une relation de complicité puis, par la suite, se changea en idylle.
La prêtresse avait fini par trouver un bateau qui ne partait que pour de court voyage, elle fut admise a leur bord. Elle était heureuse, avait évidemment des pensées pour son père, duquel elle n’avait pas eu d’autres nouvelle que celles apportés par le jeune homme.

Un matin, par contre, elle se réveilla seule. Elle se dit que Karl avait surment dû quitter rapidement pour aider son employeur, donc ne se questionna pas outre mesure sur l’absence de son copain.
Plusieurs jours passa sans qu’elle n’eut la moindre nouvelle, elle alla donc glaner quelques information aux marins avec lesquelles son ami travaillait habituellement. Personne ne sut ou il était, eux aussi le cherchait.
Elle dût donc se rendre a l’évidence, elle était a nouveau seule. Elle décida qu’elle était seule maitre de sa destiné et chercha un navire convenable, qui lui permetterait de passer a une autre étape de sa vie.

C’est ainsi que Loraline se retrouva sur le Blaufahre en tant que prêtresse et faisait la liaison entre Altdorf et Nuln.

Loraline Koch

Au passage de la comete AgatheDumas